Le Liban est un pays situé au Proche-Orient et a l’image des autres pays à ses fils et filles repartis partout dans le monde. Il s’agit d’un pays qui malgré une ouverture à la modernité possède encore des traditions fortes et hautement respectées. L’association entre tradition et modernité se voit donc à travers de nombreuses fêtes libanaises. Parmi ces fêtes libanaises, il y’a le mariage qui réunit à vie deux personnes. Le mariage occupe une place centrale dans la vie libanaise, chaque parent souhaite voir son fils ou sa fille se marier. Car à l’image de nombreux pays arabes, les libanais non-mariés ne peuvent prétendre vivre ensemble encore moins avoir des enfants. Le mariage constitue donc une tradition hautement sacré au Liban et ce depuis plusieurs générations. Quel que soit l’endroit où il se trouve à travers le monde et quelle qu’en soit la raison, le libanais revient toujours au pays pour célébrer ce jours important de sa vie. Aujourd’hui celui-ci se perpétue toujours et est célébrée selon une pure touche bien libanaise. Comment sont célébrés les mariages libanais ? Ces derniers ont-ils évolué ? Présentent-ils des symboles phares à découvrir ? Voici tout ce qu’il faut savoir sur le mariage libanais.

Cérémonie traditionnelle : en amont du mariage libanais

Avant toute mariage, l’homme libanais est tout d’abords tenu d’aller voir le père de sa future épouse pour avoir sa bénédiction de prendre la main de sa fille. Cette démarche permet au futur marié d’être intégré par la nouvelle famille. Autrefois, ne voyait la tête de son futur époux que le jour du mariage. Il appartient donc au père d’approuver ou non la demande du futur époux. Une fois la bénédiction donnée, les célébrations en prélude du mariage peuvent durer alors des jours. Durant ces jours, les hommes évoquent des poèmes tels que le « zajal » et le « al ataba » sous le rythme de la danse du « dabkeh » et du « Mejwiz » la flute double. Pour aider financièrement les mariés à organiser leur cérémonie, une nuit traditionnelle appelée « laylat al nkout » ou nuit des cadeaux est organisée. Une autre nuit dite « laylat al henna » qui appartient dans les traditions de la future mariée, est organisée sans la présence du marié pour finir les derniers préparatifs du mariage. Toute la famille dans son ensemble de la mariée, est présente durant cette nuit. Un tas de rituels traditionnels se déroule de la matinée jusqu’à la tombée de cette nuit appelée encore nuit du Taboulé.

Cérémonie traditionnelle : le jour du mariage chez la mariée

Le jour du mariage, la future mariée se lève très tôt pour se préparer chez elle, entourée par sa famille et ses amies. Bien sûre, elle se fait belle et porte une sublime robe de mariée blanche. Toute cette préparation se déroule au rythme de chants et de danses des amies, de la famille et même la mariée. Du côté du marié, il perpétue la tradition dite « jorn al’aris » ou mortier du marié. Celle-ci consiste à un bain pris par le marié en portant un pantalon déjà porte par de précédents mariés du village. Le marié est ensuite porté sur les épaules de sa famille et de ses amis, direction la maison de sa future épouse, toujours sous les chants et les danses. Pour montrer sa virilité et sa dignité, le marié est tenu de soulever un « al mehdala » ou rouleau compresseur lourd de 50 kilogrammes, avant de prendre son épouse. Pour soulever ce mortier l’homme doit entrer dans un cercle, entouré d’hommes, c’est ainsi que le mariage vire à son instant le plus poignant et excitant. Quelles que soient les capacités physiques du marié, le mortier devra être soulevé par lui ou par un de ses amis s’il n’y parvient pas au risque de donner alors une dote. C’est la seule condition pour recevoir la mariée.

Le jour du mariage chez le marié

Une fois que le marié reçoive son épouse, la cérémonie se poursuit chez la famille du marié. Toutefois, avant que la nouvelle épouse ne pénètre dans la maison, elle devra être portée par l’homme sur son épaule et mette au-dessus de la porte, de la pâte de levure. Celle-ci est juste symbolique traduisant que la mariée sera une bonne femme, liée à son époux et a sa nouvelle demeure. Apres que la pâte soit collée, la mère du marié vante les mérites de la femme et le marié la porte entre ses bras pour qu’elle accède à sa nouvelle maison familiale pour la première fois. Cette action de porter sa femme a toute son importance car si la femme fait un faux pas à l’entrée de la maison, cela traduit une malchance pour les mariés. C’est pourquoi l’homme est donc tenu de porter sur ses bras sa femme. Apres le mariage terminé, la femme devra retourner voir ses parents pour leur rendre visite en tant épouse. Elle devra tout de même attendre au moins une semaine pour faire cette visite appelé « raddel al ’ejer »

La touche de modernité du mariage libanais

De nos jours malgré que le mariage libanais conserve la plus part de ses traditions, quelques éléments modernes viennent s’y rattacher pour encore rendre les cérémonies grandioses. Aujourd’hui donc, de nombreuses coutumes demeurent encore dans la plupart des mariages libanais. Parmi ces coutumes on peut citer le voile, le lancer de riz, l’alliance, la pâte de levure et la robe blanche. Le reste des coutumes tels que la nuit du henné, le lever du mortier, la nuit des cadeaux, le porter d’un pantalon déjà mis par des précédents mariés, le bain de l’homme dans le mortier, entre autres, restent seulement encore encrées au mariage traditionnel. Aujourd’hui, une touche de modernité s’ajoute à ces coutumes traditionnelles, ce sont par exemple la séance de prise de photos, la liste dressée des invites pour le mariage, le présent dit de retour, la jarretière, entre autres.